Débats : Quel management des interactions au sein de l’organisation et en externe ?

Pour y répondre, nos experts du jour convoqués pour une rencontre improbable comme seul le Gaillard Avant sait en faire…..le but de ces rencontres est de revenir aux sources des propos des uns et des autres (tirés de leurs écrits) pour vous faire votre propre opinion et en tirer des enseignements utiles pour aborder vos pratiques.

Je vous présente nos deux experts du jour pour répondre à cette question essentielle : tout d’abord, Xavier Fontanet , né en 1948, ancien DG puis PDG d’Essilor (1991à 2010), du Groupe Wagons Lits et de Bénéteau , enseigne notamment la stratégie à HEC… face pour cette table ronde à Jean Baptiste André Godin, (1817-1888), entrepreneur génial , fondateur des ateliers Godin et créateur d’un familistère à Guise, où il expérimentera à la fois des innovations sociales et un nouveau modèle d’entreprise…

 

Mr Godin, vous êtes à l’origine de la création d’un phalanstère appelé le « Familistère de Guise » sorte de coopérative expérimentale prenant en compte votre environnement social immédiat dans lequel évolue vos ouvriers,  comment voyez-vous les interactions  des différents acteurs en présence dans une organisation?

« L’organisation est avant tout une coopération, …., c’est-à-dire l’entente entre un certain nombre de personnes pour produire, acheter, vendre ou consommer, enfin pour entreprendre toute chose pour un but d’utilité commune par l’union des intelligences, le concert des volontés, des forces et des intérêts ». « C’est la collectivité plaçant l’individu en présence de lui-même » ……………..

Mr Godin, vous souhaitiez réagir à la notion de chronométrage du temps consacré par l’ouvrier à sa tâche évoqué lors de l’un de nos précédents débats par Mr Taylor  ? 

Autant je partage comme Mr Taylor la nécessité d’organiser au mieux les tâches au travail, autant je suis convaincu qu’au lieu de fixer une valeur au temps de l’ouvrier, il faut fixer une valeur au produit à créer, car l’ouvrier recouvre sa dignité lorsqu’il est maître de son temps ».

Mr Fontanet, partagez-vous ce point de vue et quels sont les enseignements tirés de vos expériences de direction d’entreprises et de groupes en matière d’organisation ? :

Je partage la nécessité de coopération à tous les étages de Mr Godin et d’interactions nombreuses en interne et avec l’externe :  « Quarante années de la vie des entreprises m’ont en effet appris une chose simple. Dès que les personnes sont mises en position de prendre, chacun à leur niveau des responsabilités définies avec discernement elles progressent »  « Pour que ce mécanisme de progrès fonctionne, il faut d’abord bien dessiner l’organisation pour donner le maximum de responsabilités au maximum de gens possibles.  6 étages, c’est la maison dans laquelle tout le monde peut vivre et se côtoyer »

« Il faut aussi apprendre aux dirigeants à donner des objectifs justes et intelligemment définis » et se se souvenir que « celui qui a connu l’échec est souvent mieux armés, s’il a fait l’effort d’en comprendre les origines » et je vais plus loin, sans avoir connu l’échec, on n’est pas manager complet et on risque de ne pas être en position d’apprendre ». Enfin, l’organisation doit privilégier des organigrammes plats qui vous forcent à avoir des gens de qualité qui comprennent vite et sont synthétiques dans leurs interactions ». En terme d’organisation et de direction d’entreprises, la confiance s’inscrit dans la durée et doit se reconquérir chaque jour dans tous les détails de la vie au travail »…….

Un dernier mot pour donner à nos lecteurs une vision de ce qu’est l’organisation ?

Mr Godin : il faut garder à l’esprit que « l’homme est un être progressif qui a la charge de travailler à sa propre perfection et qu’il est ce qu’il se fait lui-même », au sein de l’organisation, « les jeunes gens devraient être développés suivant leurs facultés, si tout en leur inspirant le goût des arts utiles et l’amour de l’action, on leur enseignait spécialement ce qu’ils sont en état d’apprendre »

Mr Fontanet : une dimension externe est à prendre en compte dans ses réflexions sur l’organisation. Je cite toujours cette anecdote :  l’un de mes principaux concurrents m’a dit un jour “Tous les matins je me dis : ‘ je casse Essilor et je tue Fontanet’ », je lui ai répondu. “Sans vous je n’aurais pas fait Essilor, sans cette bagarre de tous les jours”. Car “c’est ça la concurrence, la concurrence c’est ce qui fait grandir tout le monde, et il ne faut pas en avoir peur, il faut l’affronter”.  L’organisation se doit de s’y préparer et d’accepter le changement , qu’il faut percevoir comme un nouveau champ d’opportunités qui s’ouvre à vous.

Le PDG doit faire le lien entre l’interne et l’externe pour créer la confiance des 2 côtés , au service de la communauté qu’il anime et dont il est responsable……

Merci à vous pour toutes ces précisions……..et débats croisés.

(Échanges librement imaginés par GdeuxA en se basant sur le propos et récits d’hier et d’aujourd’hui)

Mieux connaître nos experts du jour : 

Jean Baptiste André Godin : https://www.capital.fr/votre-carriere/jean-baptiste-andre-godin-un-patron-aux-idees-sociales-innovantes-1039423 

Le familistère : http://www.jaimelaisne.com/Magazine/Le-Familistere-de-Guise

Xavier Fontanet interviewé en 2011 à Lille au world forum de Lille:  https://vimeo.com/45644759

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.