Quelques clés pour AGIR  : mettre en oeuvre sereinement sa stratégie

7 clés à avoir en tête pour mettre en oeuvre sereinement sa stratégie dans son organisation

1. Des instances ou temps d’échanges véritablement dédiés

2. Appliquer une stratégie suppose notamment de faire des choix

3. Connaître les contraintes et les risques pour mieux les prendre en compte et surtout en tirer les leçons avec réactivité et pertinence !

4. Eviter les postures pour assurer une cohérence et parler à tous les acteurs de votre stratégie !

5. Tenir compte des équipes et les impliquer ! « Savoir où l’on va mais surtout comment on y va »

6. Travailler sur les routines et les habitudes de l’entreprise est donc le premier chantier : un nouvel axe stratégique suppose de changer le fonctionnement et de ne pas systématiquement reproduire ce qui a déjà été fait.

7. La stratégie s’appuie enfin de plus en plus sur les valeurs et l’ADN de l’entreprise et aussi de ses collaborateurs

Parcourons ensemble les éléments de ces 7 clés

1. Des instances ou temps d’échanges véritablement dédiés pour s’assurer que les enjeux sont connus et pas oubliés en dessous de la pile des activités quotidiennes existantes !!!

Il est primordial pour les entreprises de se doter des instances ou de prévoir des temps dédiés permettant de gérer efficacement sa trajectoire stratégique.

Cela peut prendre la forme suivante : Le comité de pilotage stratégique : chargé de suivre et piloter la stratégie telle qu’elle est définie. Le comité de direction : chargé de l’application quotidienne de la stratégie et de l’exploitation de l’entreprise. Une communauté informelle qui se réunit à intervalle régulier pour échanger sur ce thème. A vour de trouver la forme la plus adaptée à votre mode de fonctionnement.

Bien entendu la composition et les modalités sont fonction de la nature et la taille de l’entreprise…ces instances pouvant même intégrer les mêmes personnes ! Mais il demeure nécessaire de distinguer les attributions. Ces instances doivent d’ailleurs s’appuyer sur les outils et les procédures nécessaires (définition des objectifs, reporting projets et mesure, administration etc…) tout en leur accordant leur juste valeur : ils sont nécessaires mais pas suffisants.

Le principal est que vous, vous y attachiez de l’importance et que ces temps ne passent par à la trappe à chaque fois !!

 

2. Appliquer une stratégie suppose notamment de faire des choix, de se concentrer sur les actions à fort impact quantitatif ou qualitatif, plutôt que de faire du saupoudrage qui consisterait à ne changer qu’un certain nombre d’éléments en surface.

Cela suppose également de rester constant dans la démarche : abandonner ou changer une stratégie à la première difficulté ne permet pas de capitaliser sur ce qui a été entrepris, ni de réutiliser ce qui existe déjà dans l’entreprise. Mais attention : cette nécessité de constance ne doit pas tuer l’instinct ni l’opportunisme !

 

3. Connaître les contraintes et les risques pour mieux les prendre en compte et surtout en tirer les leçons avec réactivité et pertinence !

La mise en œuvre d’une stratégie suppose toujours une prise de risque qu’il faut accepter. Il est souvent nécessaire d’investir, dans tout les sens du terme, dans cette stratégie ! Gardons à l’esprit que le changement n’est pas immédiat : les projets prennent du temps!

 

Le temps est la variable clé :   L’économie fonctionne en temps réel, ce qui implique des prises de décisions très rapides et donc un fonctionnement décentralisé sans perdre de vue les facteurs de temps long pour inscrire votre stratégie dans la durée. Bien gérer les cycles de temps courts et les transitions vers vos objectifs à moyen terme.  De ce fait, l’encadrement de l’entreprise doit être la roue de transmission de cette stratégie: chaque département, équipe, salarié doit connaître et comprendre comment son action influe sur la stratégie et les objectifs visés à atteindre.

4. Eviter les postures pour assurer une cohérence et parler à tous les acteurs de votre stratégie ! Le dirigeant est bien entendu en charge de porter la stratégie dans l’entreprise …avec souvent beaucoup de pression et d’attente des collaborateurs ce qui peut donc l’amener à être tour à tour et successivement dans des postures pas toujours adaptées au moment précis du cycle projet.

 

  • Lucky Luke : « je suis seul dans cette démarche et je vais tout faire seul »
  • Napoléon : « l’intendance suivra »
  • La fusée : a régulièrement une multitude d’idées et part seul dans plusieurs directions sans être suivi par ses équipes
  • L’effaceur : met à la poubelle ce qui a été fait auparavant et repart d’une page blanche

 

La réussite d’une stratégie est toujours le résultat d’un travail d’équipe. Le dirigeant doit donc savoir s’appuyer efficacement sur le management de l’entreprise, tout en ne perdant pas de vue son analyse initiale du portefeuille de compétences et d’activités de l’entreprise identifiée en amont et de son évolution

 

5. Tenir compte des équipes et les impliquer ! « Savoir où l’on va mais surtout comment on y va » nécessite d’impliquer les porteurs de chaque domaine, ce qui est la meilleure façon de valoriser et communiquer de façon positive autour votre stratégie : les points clés visés par la stratégie doivent faire l’objet d’une formalisation et d’une communication claire auprès des équipes.

Cette communication doit apporter du sens aux collaborateurs : une mise en œuvre réussie doit servir les intérêts de l’entreprise mais doit aussi permettre d’apporter des évolutions, des opportunités, ou un gain aux collaborateurs qui s’impliquent à son service (acquisition de compétences, motivation à travailler sur un projet valorisant etc…).

 

6. Travailler sur les routines et les habitudes de l’entreprise est donc le premier chantier : un nouvel axe stratégique suppose de changer le fonctionnement et de ne pas systématiquement reproduire ce qui a déjà été fait. Par ailleurs, nous connaissons tous la résistance, inhérente à l’humain, face au changement.

Il est donc primordial de ne pas sous-estimer la résistance passive la plus dommageable et d’identifier les bonnes approches pour la combattre. Si des objections sont émises, il est primordial de le considérer d’abord comme un signe d’implication et de tout de suite mesurer si elles sont justifiées et dans ce cas doivent faire l’objet de correctif, d’un approfondissement ou d’une réflexion approfondie , et tel n’est pas le cas, il convient de rappeler le cap et le plan de route.

 

7. La stratégie s’appuie enfin de plus en plus sur les valeurs et l’ADN de l’entreprise et aussi de ses collaborateurs. Son mode d’application devient de plus en plus latéral au sein d’un véritable « écosystème » incluant y compris les clients sur un mode de co-élaboration…….

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.