Que faire en 2020? Lille Capitale mondiale du DESIGN : de la préhistoire à l’UX en passant par le Bauhaus (qui a 100 ans), à quoi sert le DESIGN?

Lille sera en 2020 Capitale Mondiale du DESIGN…elle a gagné ce titre

face à Sydney suite à un incroyable défi relevé pour réaliser ce succès.

Depuis les premiers cartons perforés des métiers à tisser des « modèles Textiles » au 19ième siècle ( suivant en cela les faiseurs de tapisseries pour les comtes de Flandres ou les drapiers arrageois pour le Roi ) en passant par l’art nouveau et déco, les acteurs de la région ont souvent eu une posture de « designer » et ont lancé des tendances en matière d’usages nouveaux. L’invention de nombreux concepts de la distribution moderne (en sport, bricolage, textile, décoration, réparation automobiles) en témoigne, même s’ils sont un peu bousculés aujourd’hui. En matière de culture, de nouvelles façons d’appréhender la muséographie ont également explosé : la galerie du temps au Louvre Lens ou le projet complètement fou du musée de la Piscine à Roubaix sont là pour l’illustrer. Même pour l’architecture urbaine, la région en garde des traces fortes avec la villa Cavrois, manifeste architectural de l’architecte Robert Mallet-Stevens, figure du courant moderniste ou les villas de l’avenue de l’hippodrome à Lambersart, issues d’un concours de design d’architecture.

Cette réussite montre que Lille et sa région a utilisé et utilise toujours fortement le design

Grâce à son projet d’accélération de la transformation de son territoire par le design, la Métropole Européenne de Lille a réussit pour toutes ces raisons à séduire la World Design Organization qui l’a désigné (jeux de mots !) pour représenter la « Capitale Mondiale du Design » en 2020.

Là, je vois que vous vous grattez la tête : c’est quoi exactement le Design ? Je me suis dit du coup qu’un petit voyage au cœur de cette notion vous serez utile…

Cette notion est en soit indissociable des mutations de l’humanité et des rencontres entre les préoccupations de l’utilisateur et les nouvelles techniques.

Ce voyage a finalement toujours existé et cela dés la préhistoire, l’homme n’a eu de cesse de développer les techniques lui permettant d’appréhender son environnement, de le modifier et d’ajuster à sa main (c’est le cas de le dire) les ustensiles et outils qu’il utilisait pour mieux aborder son univers proche....

Prenons les premiers outils que l’homme a confectionné : ce sont d’abord une réalisation technique, mais au délà, ils répondaient aussi à : un besoin donné (couper,tailler, prolonger la main), à une fonction à couvrir (chasser) et le tout dans un contexte donné (la préhistoire et des actions de recherche de nourriture).

Voici une des premières fonctions du DESIGN:
Répondre à un besoin donné ou à une fonction mais dans un contexte spécifique.

La prochaine étape de ce voyage est le passage de cette simple préoccupation (liée à la seule fonctionnalité) à une préoccupation plus centrée sur l’intégration de l’esthétique comme porteur de sens et générateur d’émotion dans notre quotidien

Voici une autre fonction importante du DESIGN :
Savoir répondre aux aspirations individuelles mais en se libérant d’éventuels attachements ou catégorisations trop marquées.
S’insérer dans nos vies avec facilité avec une ergonomie optimale et une forte différenciation esthétique et fonctionnelle.

L’un des exemples emblématiques (en tout cas le plus cité ) est l’action réalisée par l’ébéniste Michael Thonet entrepreneur du meuble. Il ignorait très certainement lorsqu’il a répondu à une demande d’Anna Daum en 1851 qui rêvait de créer des « chaises pratiques, élégantes et peu encombrantes » pour son café qu’il était en train d’écrire une page essentielle du DESIGN. Ayant créé en 1819 sa propre entreprise de meuble, il était en fait une sorte de « maker » avant la lettre et savait dans son atelier à loisir expérimenter des manières de courber le bois et des techniques d’assemblage. Il a ainsi répondu à la demande tout en respectant son propre cahier des charges d’industriel par la création de la chaise n°14 épurée, stylée, esthétique et désirable. Cette création fit d’ailleurs son succès, l’objet porte même son nom (vendue à 50 millions d’exemplaires jusqu’en 1914 ). Design des chaises TON toujours vendues à ce jour.

Au délà de cet exemple, cette histoire peut aussi se lire dans la suite de ce voyage comme un moment charnière du passage de l’ère d’artisan créateur et/ou d’artistes vers une sorte de « créateur / industriel » .

Les 100 ans du Bauhaus, la « maison du bâtiment », « Staatliches Bauhaus », illustre particulièrement ce passage.

Cette université avait la particularité d’être consacrée à tous les arts mais aussi à tous les métiers (architecture, art, design, artisanat, théatre,…) sur une sorte de mini campus. En 14 ans de vie, sa démarche pédagogique a littérallement inventé le concept d’expérimentation (et ce tous azimuts), ce qui a fortement influencé l’approche du Design internationale.

La formation dispensée favorisait la « multidiciplinarité », assurait même de manière trés progessiste la présence parmi les étudiants d’étudiantes (1/3 d’entre eux tout de même ! ). On pouvait y croiser des architectes et designers (Marcel Breuer, Ludwig Hilberseimer…), des peintres (Vassilly Kandinsky, Josef Albers, Johannes Itten, Paul Klee), des photographes (László Moholy-Nagy), des typographes (Herbert Bayer) et des artistes polymorphes (Oskar Schlemmer). Les éléves apprenaient à utiliser des matériaux modernes et innovants, ce qui explique l’influence décisive du Bauhaus sur l’esthétique, le fonctionnalisme et de fait sur l’ensemble du design en terme de style à l’international.

Dans son manifeste, Walter Gropius voulait réconcilier l’art et la technique,

il indiquait : « Formons donc, une nouvelle corporation d’artisans, sans l’arrogance des classes séparées et par laquelle a été érigée un mur d’orgueil entre artisans et artistes. Nous voulons, concevons et créons ensemble la nouvelle construction de l’avenir, qui embrassera tout en une seule forme : architecture, plastique et peinture, qui s’élèvera par les mains de millions d’ouvriers vers le ciel du futur, comme le symbole cristallin d’une nouvelle foi » Avril, 1919. Walter Gropius Weimar, Le manifeste

Le but final de « toute activité créatrice est la construction » : accessible au plus grand nombre avec une esthétique commune mélant simplicité, élégance sobre, expressionime et fonctionnalisme.

Bien entendu, il est à noter que les derniers développements du design confirment ce lien étroit entre le DESIGN et l’innovation technologique, notamment via la transformation digitale et numérique.

Le créateur du DESIGN THINKING, Tim Brown (méthode pour aborder l’élaboration d’une démarche de Design sur laquelle nous reviendrons), est aussi l’inventeur d’une des briques géniales de l’IHM (interface homme machine) que constitue la souris d’ordinateur….

Pour conclure sur cette notion trés polymorphe (avec plusieurs aspects) qui est tout à fait essentielle pour préparer notre futur :

Designer consiste plus précisément à « dessiner » un « vécu »

à partir d’usages anticipés.

selon RAMY FISCHLER, designer de l’année en 2018

A RETENIR sur cette NOTION CLE pour vos stratégies :

  • Le DESIGN doit nous projeter dans le futur pour anticiper les signaux faibles et assurer une forte désirabilité grâce et par le design de l’objet, d’un mode de fonctionnement ou d’un service.
  • selon lui, les nouvelles démarches et regards que cela implique doivent permettre :

d’assurer les bonnes itérations pour modifier les représentations du futur en développant de nouvelles stories.

de savoir utiliser la fiction pour inspirer et pour anticiper.

d’augmenter les réponses apportées tout en intégrant les contraintes du cycle de fabrication

de Tester façon « makers » sous forme de prototypage

Et surtout de toujours prendre en compte le système dynamique de relations (écosystème).

En résumé, le design cherche ainsi à dépasser l’invention, le besoin immédiat ou la création seule pour intégrer de nouvelles sources d’inspiration dans l’expérience des hommes face aux mutations des techniques, à l’évolution de leurs modes de vie et à la dématérialisation.

De quoi aborder sereinement la complexité….

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.